Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, chargé de la mise en œuvre du programme Graine

Sceau de Republique Gabonaise

Foire Agricole 2013

Logo

VENEZ  VISITER  LA  1ère  FOIRE  AGRICOLE INTERNATIONALE  DE  LIBREVILLE


HISTORIQUE DES FOIRES AGRICOLES (JOURNEES NATIONALES DE L’AGRICULTURE)

Longtemps considéré comme le maillon faible des secteurs productifs de l’économie gabonaise, l’agriculture présente une image porteuse d’espoir. Aussi, pour présenter l’envergure de son activité, le Ministère en charge de l’agriculture a fait un choix stratégique de communication et de partenariat en d’organisant annuellement des Journées Nationales de l’Agriculture (JNA) en jumelant la journée mondiale de l’alimentation ; à chacune de ces manifestations, un thème était choisi pour accompagner cet évènement. La JNA était la manifestation d’une foire d’exposition des produits agricoles locaux. Lors des deux premières éditions, les JNA s’étendaient sur une période de trois jours, celles-ci se limitait uniquement aux exposants des producteurs installés à travers le territoire national. C’est au sortir de plusieurs réflexions et dans le souci de booster le secteur agricole gabonais que vont proposer l’organisation d’une Foire Agricole Internationale de Libreville (FAIL).

Une foire, qui peut être appelée aussi marché, se déroule sur un foirail ou champ de foire. C’est une manifestation commerciale d’exposants faisant partie d’un même secteur économique se tenant dans une ville, et en lieu généralement fixe.

Arrivée de Monsieur Julien NKOGHE BEKALE, Ministre de l’Agriculture et Madame 
                                  Célestine BÂ-OGUEWA Ministre Délégué.

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE, DE LA PECHE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL

Mesdames, Messieurs,

Chers Concitoyennes, Chers Concitoyens !

Le 16 octobre de chaque année, la Communauté Internationale célèbre la Journée Mondiale de l’Alimentation. Le Gabon, notre pays n’est pas en reste.

Le thème retenu cette année par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, FAO, est : « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire. »

Cette année au Gabon, le Gouvernement a choisi de célébrer cette journée conjointement avec la Journée Nationale de l’Agriculture. A cette occasion, un certain nombre d’activités sont programmées durant une semaine que nous appelons la semaine agricole.

Il s’agit notamment, de l’organisation des Premières Assises de l’Agriculture et de la Première Edition de la Foire Agricole Internationale de Libreville qui verront a participation des pays amis du Gabon, à savoir le Royaume du Maroc et la République du Rwanda. Dans la même foulée, sera organisé à Libreville une Conférence Internationale sur l’huile de palme.

C’est donc dire que, durant plus d’une semaine, notre pays vivra au rythme de l’agriculture nourricière, créatrice de richesse et de croissance durable.

Aujourd’hui, la sous-alimentation et la mal nutrition coûtent cher çà la société et elles se présentent sous plusieurs facettes :

Dans le monde, un enfant de moins de cinq ans sr quatre souffre d’un retard de croissance. Ainsi, 165 millions d’enfants sont dans un état de malnutrition tel qu’ils ne pourront jamais réaliser leur plein potentiel physique et cognitif ;

2 milliards de personnes environ ont une carence en vitamines et de minéraux essentiels à la santé ;

1,4 milliards de personnes environ sont en surpoids. Parmi elles, près d’un tiers sont obèses et exposées aux malades cardiovasculaires, au diabète et à d’autres problèmes de santé.


PRESENTATION DES OFFICIELS DE LA FAIL

Pendant la FAIL, étaient présent les différentes personnalités de la République, des pays amis, des organismes et bailleurs de fonds. Parmi ces hautes personnalités nous avons pu remarquer la présence du Premier Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et du Développement Rural du Gabon, M. Julien NKOGHE BEKALE et son Ministre Délégué Mme Célestine BÂ-OGUEWA, le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime du Royaume du Maroc M. Aziz AKHANNOUCH, le chargé du Commerce International pour les Produits Agricoles au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage du Rwanda, le coordonnateur-président de la FAO au Gabon et bien d’autres.


Ici M. Julien NKOGHE BEKALE, Ministre de            Le Ministre de l’Agriculture de la Pêche Maritime
  l’Agriculture, M. Raymond NDONG SIMA                du Royaume du Maroc M. Aziz AKHANNOUCH

Monsieur Julien NKOGHE BEKALE, Ministre de l’Agriculture au moment de la visite
                                                  des différents stands

C’est pendant sept (7) jours que s’est tenue la FAIL. Après la journée du lundi 21 octobre réservée aux discours, allocutions, coupure du ruban symbolique, celles allant du mardi 22 octobre au dimanche 27 octobre 2013 ont constitué pour l’essentiel les moments d’expositions des différents opérateurs économiques du secteur et les services administratifs et techniques du Ministère de l’Agriculture. C’est ainsi que les stands furent positionnés de façon ordonnée. A savoir :

-          Des stands réservés aux coopératives des produits halieutiques, ceux de l’élevage, des cultures de produits locaux… ;

-          Des stands réservés aux services administratifs publics et privés ;

-          Des stands réservés aux entités industriels de transformation des produits agricoles ;

-          Des stands réservés aux entités de vente des engins et machines techniques nécessaires aux travaux agricoles ;

-          Des stands réservés aux invités d’honneur tels le Royaume du Maroc et la République du Rwanda.

Ici le stand du Rwanda, représenté par le Chargé du Commerce International pour
    les produits Agricole au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage du Rwanda


LE SENTIMENT DU PUBLIC VIS-A-VIS DE LA FAIL

-          L’ENGOUEMENT POPULAIRE

Du point de vue populaire, la FAIL a connu un engouement indéniable auprès du public qui a fait un déplacement à la hauteur d’une Foire Agricole. Ce public a tenu d’abord à saluer les efforts du Gouvernement par le canal de son Ministère de tutelle. Il a alors fait valoir des critiques réelles fondées sur les observations faites sur le terrain. Certains ont affirmé que les produits proposés ne représentaient pas assez les variétés des produits agricoles du terroir national.

-          L’ENGOUEMENT DU PUBLIC MEDIATIQUE

Il n’est pas resté en marge de cet engouement. C’est ainsi que paru dans tous les quotidiens de la place. Nous avons pu lire les encouragements adressés à l’endroit du Ministre Julien NKOGHE BEKALE par rapport aux sérieux et l’expérience dont ont fait montre ses collaborateurs.

Ici l’arrivée du public se précipitant pour aller visiter les différents stands

Ici les exposants nationaux des fruits et légumes et autres produits

Vue des différents stands des exposants locaux (entreprises de production et de services agricoles)

De l’organisation de cette foire agricole, c’est le secteur agricole gabonais qui sort rehausser, d’autant plus que plusieurs partenariats ont été signés entre l’Etat gabonais et des partenaires économiques nationaux et étrangers. Le Ministre de tutelle a dans cet ordre pu signer des contrats d’objectifs et de performances (COP) avec les agences qui sont sous tutelles, tel est le cas de l’Agence Gabonaise de la Sécurité Alimentaire (AGASA), l’Office de Recherche et d’Introduction du Matériel Végétal (ORIAM). Il a aussi paraphé des accords avec des organismes partenaires d’assistance telle qu’IGAD (Institut Gabonais d’ Appui a Développement) ce qui démontre à juste titre la détermination des autorités gabonaises à améliorer la productivité agricole du pays afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire d’ici 2025.


Ici Monsieur le Ministre remettant le document au PCA de l’Office de Recherche et d’Introduction du Matériel Végétal, Monsieur Charles MBA BISSEGHE


Ici Monsieur le Ministre remettant le document au PCA de l’Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire André Jules NDJAMBE


Ici Monsieur le Ministre remettant le document au Directeur Général de l’Institut Gabonais d’Appui au Développement agricole (IGAD), Christian RENARDET

L’engouement populaire nous a de ce faite permis d’interroger le public tant interne qu’externe au Ministère et avons dressé des tableaux statistiques d’opinion publique.

1/ Tableau appréciatif par rapport à la diversité des produits offerts

AVIS

PUBLIC

assez

5

moyen

1

Pas assez

4

TOTAL

10

Sur un échantillon  de 10 éléments du public interrogé, 5 personnes ont reconnu la diversité des produits proposés par les exposants sur le site soit 50% contre 4 qui n’ont apprécié la diversité des produits proposés soit 40%

 

2/ Tableau appréciatif des prix des produits

AVIS

PUBLIC

Prix  élevés

 

7

Prix acceptable

3

TOTAL

10

Sur le même échantillon, 7 éléments ont reconnu que les prix des produits proposés étaient très élevés soit 70%, comparativement semblables aux prix des marchés de Libreville. Pour un  tas de 6 poissons fumés le prix était de 3500 F. Pour une palette de 30 œufs à 3500 F au quartier le prix était le même à la foire. Pour un manioc téké de 600 F dans les Akébé, le prix était de 500 F à la foire au lieu de 300 F comme à Franceville. Seules 3 personnes ont accepté les prix proposés soit 30%. 

3/ Tableau appréciatif de l’engouement du public

AVIS

PUBLIC

Nombreux

8

Moyennement nombreux

2

Pas nombreux

0

TOTAL

10

Dans cet aspect d’appréciation, 8 personnes ont reconnu que le public était véritablement présent soit 80% de l’échantillon. Contre seulement 2 qui ont prétendu que le public était moyen, où encore aucune n’a affirmé que le public n’ait véritablement effectué le déplacement soit 00%.

 

LES APPORTS DU PUBLIC

Le public qui a demeuré un acteur majeur dans cette foire a néanmoins émis des hypothèses afin que les expositions foraines avenir soient plus belles. Dans cet ordre, le public a émis les suggestions suivantes :

-          Elargissement de la foire aux pays membres de la CEMAC et / ou de la CEEAC.

-          La mise en place d’un partenariat d’échange entre les acteurs agricoles venus d’horizons divers ;

-          L’amélioration des conditions de travail pour les exposants en pensant surtout à ceux venus de l’intérieur du pays (la valorisation des moyens de logements temporaires tels les abris tentes)…

Modifié : 05 / 07 / 2016


En Haut